Tribune – A nous la parole : bâtissons les Nouveaux Républicains

Retrouvez et signez la tribune initiée par les Nouveaux Républicains

A NOUS LA PAROLE : BATISSONS LES NOUVEAUX REPUBLICAINS !

LETTRE OUVERTE DES ELUS LOCAUX AUX CANDIDATS A LA PRESIDENCE DES REPUBLICAINS

Après une annus horribilis pour les partis politiques traditionnels, la rentrée 2017 et l’élection à la présidence des Républicains sont l’occasion – ou jamais – d’une profonde refondation. Nous ne voulons plus recommencer les mêmes erreurs du passé, sur lesquelles nous n’avons pas pu peser.

Mesdames et Messieurs les candidats, les nouveaux Républicains sont déjà là : élus locaux, militants, engagés dans la vie politique comme dans la vie civile, dans celle de nos territoires comme dans celle de nos entreprises et associations, cette fois-ci, à nous la parole.

POURQUOI ?

Nous, élus locaux et parlementaires ancrés dans leur territoire, n’avons pas suffisamment pesé sur les décisions de notre famille politique ni sur le parti que nous souhaitions. C’est une erreur – collective – fondamentale, pour trois raisons :

  1. L’éloignement entre « Paris » et « le reste » du pays s’est renforcé, donnant le sentiment d’un parti d’apparatchiks hors-sols, éloigné des préoccupations des Français et centré sur ses propres psychodrames internes ;
  2. Les milliers d’élus locaux LR sont la société civile qu’Emmanuel Macron a pourtant réussi à nous opposer : nous sommes, comme tout le monde, des salariés, des chefs d’entreprise, des entrepreneurs, des commerçants, des professions libérales,… des parents, des grands-parents, des étudiants et des retraités, de tous les milieux sociaux !
  3. A l’heure du renouvellement du Sénat, nous, élus locaux, défendons une vision de la société, importante pour l’avenir et inaudible à Paris : contrairement à Monsieur Macron, nous refusons la centralisation des pouvoirs à Paris comme principe de gouvernement de la France. Nous voulons une démocratie décentralisée et responsable, au plus proche des habitants.

Il est temps de revoir de fond en comble et « de bas en haut » le fonctionnement des Républicains pour pouvoir répondre aux attentes des Français, que nous rencontrons tous les jours, et pour imaginer un nouveau projet de société. Nous devons pour cela faire des Républicains le parti que nous connaissons sur le terrain : ancré dans la société, ouvert et populaire sur tous les territoires, capable de revitaliser notre vie démocratique.

COMMENT ?

Pour réussir cette refondation, nous proposons aux candidats à la présidence du mouvement quatre principes fondamentaux :

  1. LE CHOIX DE LA DEMOCRATIE INTERNE PARTOUT, POUR TOUS

Les Marcheurs “en colère” sont les témoins d’un premier échec du parti En Marche : le mouvement, au lieu de laisser la place aux citoyens-acteurs, est devenu un parti de spectateurs-supporters du show jupitérien, dans l’auto-satisfaction permanente.

Nous devons faire le contraire et être un exemple démocratique : finies les décisions arbitraires où quelques-uns, en chambre, décident des orientations ou des candidats. Les adhérents doivent débattre, arbitrer, décider et voter. Le pouvoir doit leur être donné pour les investitures de tous les candidats, comme pour les choix des responsables locaux et nationaux de nos instances. Nous préférons une véritable élection plutôt qu’un tirage au sort ou des nominations trop arbitraires.

  1. L’ULTRA PROXIMITE Vs LA CENTRALISATION

Nous croyons qu’à l’heure du « village global », le réflexe et le besoin de nos concitoyens – permis d’ailleurs par les modes d’action en réseau sur Internet – s’orientent vers de nouvelles solidarités horizontales, à l’échelle la plus proche : la commune, le quartier, le hameau, le lieu-dit, la cité ou l’immeuble ; il devra en être de même de notre organisation. Notre parti devrait être décentralisé à l’échelle municipale ou cantonale, par exemple, pour permettre le militantisme de porte-à-porte mais aussi, pourquoi pas ?, l’action réelle – par du soutien scolaire, de l’aide aux séniors, de l’accompagnement à l’orientation éducative et professionnelle,…

  1. L’OUVERTURE MASSIVE DE NOTRE PARTI

A l’époque des vidéos Youtube à 1 million de vues, ou des pétitions citoyennes recueillant des centaines de milliers de signatures, nos partis politiques de 200 000 ou 300 000 adhérents sont ridicules. Leur ouverture et leur connexion à l’ère numérique sont plus qu’une évidence : c’est une obligation que Les Républicains n’ont pas encore intégrée. N’importe quel Français doit pouvoir nous rejoindre et participer, facilement, rapidement, voire gratuitement. Nous devons imaginer de nouvelles participations, les idées préconçues sont nos ennemies.

 

  1. A LA POINTE DU DEBAT D’IDEES, TOUT LE TEMPS

Sur le principe démocratique, le Conseil national, comme les instances locales, ne doivent plus être des chambres d’enregistrement ou des lieux de redescente verticale des consignes, mais de véritables Parlement et instances où sont proposées et débattues les orientations nationales et locales du mouvement. Nous devrions, par exemple, nous inspirer de la procédure de l’Initiative Citoyenne Européenne pour que les militants puissent proposer à leurs parlementaires leurs propres propositions de loi. Notre parti devrait être nourri, à tous les niveaux, par nos liens avec les branches professionnelles, les experts, les think tanks.  Ce devrait être le travail d’une Fondation, sur le modèle allemand de la Fondation Konrad Adenauer et de la CDU, de synthétiser la réflexion, publier ses travaux et avoir des antennes dans tous les pays de l’Union pour enrichir sa réflexion et participer à l’influence française.

C’est sur ces 4 principes fondamentaux que nous pourrons bâtir les Nouveaux Républicains !

élus co-signataires de cette tribune

Philippe JUVIN, Président de la Fédération LR, Député européen et Maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine - Ile-de-France); Fabien DI FILIPPO, Député et Conseiller municipal de Sarrebourg (Moselle - Grand Est); Camille BEDIN, Conseillère départementale et Conseillère municipale de Nanterre (Hauts-de-Seine - Ile-de-France); Arnaud MURGIA, Président de la Fédération LR et Conseiller départemental (Hautes-Alpes - Provence-Alpes-Côte d’Azur);

 

Thibault BAZIN, Député et Conseiller départemental (Meurthe-et-Moselle - Grand Est); Ian BOUCARD, Député et Conseiller municipal de Belfort (Territoire de Belfort - Bourgogne-Franche-Comté); Angélique DELAHAYE, Députée européenne et Maire de Saint-Martin-le-Beau (Indre-et-Loire - Centre Val de Loire); Julien DIVE, Député, Conseiller municipal et ex-Maire d’Itancourt (Aisne - Hauts-de-France); Jean-Carles GRELIER, Député (Sarthe - Pays-de-la-Loire); Roger KAROUTCHI, Secrétaire départemental LR et Sénateur (Hauts-de-Seine - Ile-de-France); Constance LE GRIP, Députée (Hauts-de-Seine - Ile-de-France); Emmanuel MAQUET, Député (Somme - Hauts-de-France); Alain RAMADIER, Député et Conseiller municipal d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis - Ile-de-France); Raphaël SCHELLENBERGER, Député et Conseiller départemental (Haut-Rhin - Grand Est); Pierre VATIN, Député (Oise - Hauts-de-France);

Abraham ABITBOL, Conseiller municipal de Suresnes (Ile-de-France); Manuel AESCHLIMANN, Maire d’Asnières-sur-Seine (Ile-de-France); Marie-Do AESCHLIMANN, Conseillère régionale et Maire-Adjointe d’Asnières-sur-Seine (Ile-de-France); Anthony ARCIERO, Conseiller départemental et Conseiller municipal de Survilliers (Val d’Oise - Ile-de-France); Olivier AUTAIN, Conseiller municipal de La Garenne-Colombes (Ile-de-France); Zartoshte BAKHTIARI, Conseiller municipal de Neuilly-sur-Marne (Ile-de-France); Frédéric BAR, Conseiller municipal de Cugnaux (Occitanie); Stéphane BEAUDET, Président de la Fédération LR, Président de l’Association des Maires d’Ile-de-France, Conseiller régional et Maire de Courcouronnes (Essonne - Ile-de-France); Catherine BELRHITI, Maire-Adjointe de Buhl-Lorraine (Grand Est); Gaëtan BENIMEDDOURENE, Maire de Château-Salins (Grand Est); Maxime BERARD, Conseiller municipal de Guillestre (Provence-Alpes-Côte d’Azur); Claude BITTE, Conseiller départemental (Moselle - Grand Est); Arnaud BONNAIRE, Conseiller municipal de Witry-lès-Reims (Grand Est); Louis-Michel BONNE, Maire-Adjoint de Suresnes (Ile-de-France); Pierre-Henri BOVIS, Maire-Adjoint d’Achères (Ile-de-France); Françoise BRANDL-FREY, Conseillère municipale de Sarrebourg (Grand Est); Alexandre BURTIN, Conseiller municipal de Suresnes (Ile-de-France); Mickaël CAMILLERI, Maire-Adjoint d’Argenteuil (Ile-de-France); Caroline CARMANTRAND, Conseillère régionale et Maire-Adjointe d’Asnières-sur-Seine (Ile-de-France); Armel CHABANE, Conseiller municipal de Bouzonville (Grand Est); Etienne CHARRIEAU, Maire-Adjoint d’Antony (Ile-de-France); Jean-Claude CORMONT, Maire de Couloisy (Hauts-de-France); Emmanuelle CORNET-RICQUEBOURG, Conseillère municipale de Boulogne-Billancourt (Ile-de-France); Yohann CORVIS, Conseiller municipal de Suresnes (Ile-de-France); Adrien DAMIEN, Conseiller municipal d’Hergnies (Hauts-de-France); Ghislain de BOUTRAY, Maire-Adjoint de La Garenne-Colombes (Ile-de-France); Agnès DELACROIX, Maire-Adjointe de Clichy (Ile-de-France); Margaux DELÉTRÉ, Conseillère départementale et Maire-Adjointe d’Amiens (Somme - Hauts-de-France); Christine DELOFFRE, Conseillère municipale de Boulogne-Billancourt (Ile-de-France); Diane de LONGUEVILLE, Conseillère municipale de Colombes (Ile-de-France); Sophie DESCHIENS, Conseillère régionale et Maire-Adjointe de Levallois-Perret (Ile-de-France); Caroline DESGRANGE, Conseillère municipale de Suresnes (Ile-de-France); Ingrid DESMEDT, Conseillère municipale de Levallois-Perret (Ile-de-France); Anthony DODEMAN, Conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine (Ile-de-France); José DO NASCIMENTO, Conseiller municipal de Courbevoie (Ile-de-France); Stéphane DUFRAINE, Conseiller municipal de Lamotte-Beuvron (Centre Val de Loire); Cécile DUMOULIN, Conseillère départementale (Yvelines - Ile-de-France); Christian DUPUY, Conseiller départemental et Maire de Suresnes (Hauts-de-Seine - Ile-de-France); Jérôme END, Maire de Vic-sur-Seille (Grand Est); Nathalie FANFANT, Conseillère municipale du 20e arrondissement de Paris (Ile-de-France); Vincent FRANCHI, Conseiller départemental et Maire-Adjoint de Puteaux (Hauts-de-Seine - Ile-de-France); Nadia FRONTIGNY, Maire-Adjointe de Colombes (Ile-de-France); Denis GABRIEL, Conseiller régional et Maire-Adjoint de Rueil-Malmaison (Ile-de-France); Sacha GAILLARD, Conseiller municipal de Saint-Cloud (Ile-de-France); Clément GALANTE, Conseiller municipal de Rodalbe (Grand Est); Muriel GALANTE-GUILLEMINOT, Maire-Adjointe de Fontenay-aux-Roses (Ile-de-France); Benoît GOSSELIN, Maire-Adjoint de Saint-Bonnet-en-Champsaur (Provence-Alpes-Côte d’Azur); Adeline GUILLEMAIN, Maire-Adjointe du 9e arrondissement de Paris (Ile-de-France); Hayette HAMIDI, Conseillère municipale du Blanc-Mesnil (Ile-de-France); Kamel HAMZA, Conseiller municipal de La Courneuve (Ile-de-France); Nassera HAMZA, Maire-Adjointe de Suresnes (Ile-de-France); Hervé HEMONET, Maire-Adjoint de Colombes (Ile-de-France); Thierry HORY, Conseiller régional et Maire de Marly (Grand Est); Georges KOCH, Maire-Adjoint de Meudon (Ile-de-France); Thomas LAM, Maire-Adjoint d’Asnières-sur-Seine (Ile-de-France); Christophe LANSEUR, Maire-Adjoint de Pontcharra (Auvergne Rhône-Alpes); Stéphane LANTZ, Conseiller municipal de Lucé (Centre Val de Loire); Anne LASSUS, Conseillère départementale et Conseillère municipale de Lunéville (Meurthe-et-Moselle - Grand Est); Jean-Pierre LEBOEUF, Maire de Saint-Jean-aux-Bois (Hauts-de-France); Leila LEGHMARA, Maire-Adjointe de Colombes (Ile-de-France); Jean-Hubert LELIEVRE, Secrétaire départemental LR et Conseiller départemental (Charente - Nouvelle Aquitaine); Antoine LESSARD, Conseiller municipal de Brissy-Hamégicourt (Hauts-de-France); Audrey LEVAVASSEUR-PASCAL, Maire-Adjointe du 15e arrondissement de Paris (Ile-de-France); Philippe LOREC, Conseiller régional et Maire-Adjoint de Bourg-la-Reine (Ile-de-France); Joachim MALARDEL, Conseiller municipal du Plessis-Robinson (Ile-de-France); André MANCIPOZ, Conseiller départemental et Maire-Adjoint d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine - Ile-de-France); Olivier MARCADON, Conseiller municipal de Lucé (Centre Val de Loire); Jacqueline MARICHEZ-CLERO, Conseillère municipale de Gennevilliers (Ile-de-France); Rémi MARTIAL, Conseiller départemental et Maire de Lèves (Eure-et-Loir - Centre Val de Loire); Sabrina MEBARKI, Conseillère municipale de Colombes (Ile-de-France); Marine MICHEL, Conseillère départementale (Hautes-Alpes - Provence-Alpes-Côte d’Azur); Daniel MONTET, Maire-Adjoint de Suresnes (Ile-de-France); Rémi MUZEAU, Conseiller départemental et Maire de Clichy (Hauts-de-Seine - Ile-de-France); Gilles NORROY, Conseiller municipal de Nanterre (Ile-de-France); Martine ORLANDO, Conseillère municipale du Plessis-Robinson (Ile-de-France); Christelle PILLEUX, Conseillère municipale de Delme (Grand Est); Lorraine RÉGIS, Conseillère municipale de Nanterre (Ile-de-France); Agathe RINAUDO, Conseillère municipale de Boulogne-Billancourt (Ile-de-France); Arnaud ROBAIL, Maire-Adjoint de La Garenne-Colombes (Ile-de-France); Émilie ROCHEFORT, Conseillère municipale de Caen (Normandie); Carl SEGAUD, Maire-Adjoint de Châtenay-Malabry (Ile-de-France); Georges SIFFREDI, Conseiller départemental et Maire de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine - Ile-de-France); Vincent SINTIVE, Maire-Adjoint de Pontcharra (Auvergne Rhône-Alpes); Fred SITBON, Maire-Adjoint d’Asnières-sur-Seine (Ile-de-France); Olivier THOMAS, Conseiller municipal du Plessis-Robinson (Ile-de-France); Martine TISON, Conseillère régionale et Maire-Adjointe de Callac (Bretagne); Marie TRAN, Conseillère municipale de Nanterre (Ile-de-France); Christopher VARIN, Conseiller départemental et conseiller municipal de Varangéville (Meurthe-et-Moselle - Grand Est); Paul VARY, Conseiller municipal de Sarraltroff (Grand Est); Pierre-Jean VERZELEN, Président de la Fédération LR, Conseiller départemental, Maire de Crécy-sur-Serre et Président de la Communauté de communes du Pays de la Serre (Aisne - Hauts-de-France); Catherine VIERLING, Conseillère régionale (Grand Est); Elise VOUVET, Maire-Adjointe d’Angoulême (Nouvelle Aquitaine); David-Xavier WEISS, Maire-Adjoint de Levallois-Perret (Ile-de-France); Gunilla WESTERBERG-DUPUY, Maire-Adjointe de Suresnes (Ile-de-France); Laurent ZACAROPOULOS, Maire-Adjoint de La Garenne-Colombes (Ile-de-France); Diane ZEITOUN, Conseillère municipale de Courbevoie (Ile-de-France);

Notre démarche

QUI ?

Élus et militants Républicains, nous voulons contribuer à rassembler la droite autour d’un projet de société moderne, populaire et européen, capable de nous refonder et de réinventer la France.

COMMENT ?

Nous nous inscrivons résolument au sein de notre parti, pour participer à sa reconstruction de l’intérieur.

Nous reconnaissons avec responsabilité et humilité notre échec collectif à penser la société d’aujourd’hui et à porter un projet collectif nouveau ; et la nécessité en conséquence de travailler d’arrache-pied pour renouer le dialogue avec les citoyens, les militants, les élus et tous ceux qui comptent sur nous pour les défendre et ré-engager la bataille des idées et le débat démocratique.

POURQUOI ?

Parce que seules les idées nous permettront de rassembler, puis de faire gagner notre vision. Notre famille politique est riche de talents. Mais s’obstiner sur des questions de personnes nous laisse inaudibles et condamne, depuis trop longtemps maintenant, notre mouvement.

Parce que nous voulons faire vivre la droite qui vit dans nos territoires, pour laquelle nous nous sommes engagés, seule capable de rassembler tous les Français, en particulier ceux qui ont eu – à juste titre – de grandes déceptions à l’égard de la politique, ceux qui attendent de nous une ambition collective à la hauteur comme ceux qui ont été oubliés de la République – et qui le sont encore par le Président actuel.

Parce que nous pensons qu’il est essentiel de travailler à une vision et un projet de société radicalement différents du passé. Nous vivons chaque jour, par nos métiers et nos responsabilités d’élus locaux, les difficultés et les blocages insupportables de notre pays. Nous ne croyons plus à son fonctionnement actuel, à ses lourdeurs, à un Etat Providence devenu inefficace. Nous ne croyons plus aux séries de réformettes ou aux mesures partielles, qui ne sont porteuses ni de sens ni d’esprit collectif. Nous ne croyons certainement pas au “Président providentiel” et aux slogans incantatoires. Nous avons besoin d’une nouvelle vision de société, une Société-Providence.

Il ne peut y avoir de victoires que collective et issues de nos expériences de terrain. Chacun avec nos sensibilités, notre ardeur, notre diversité de parcours personnels et professionnels, et avec nos idées, nous devons nous battre et nous rassembler. Pour nos valeurs et notre pays.

Venez redonner à la droite républicaine un avenir prometteur, soyez les acteurs du renouveau.

Participez avec nous à imaginer les Nouveaux Républicains.

Tribune – « Les Nouveaux Républicains : refonder la droite de l’intérieur »

Tribune – L’Opinion

A droite, nous n’avons pas perdu à cause des affaires. Mais parce que nous avons cessé d’écouter et de penser la société de façon collective. Nous ne nous sommes plus renouvelés.

Nous étions même devenus incapables de définir la droite, la réduisant à des caricatures d’elle-même. Nous confondions rigueur économique et purge, lutte contre le terrorisme et abandon des libertés publiques. Nous ne parlions plus à des territoires entiers, ni à ceux qui travaillent et entreprennent, aux classes moyennes et populaires. Nous avions oublié le quotidien difficile de millions de Français qui donnent beaucoup sans rien recevoir. Nous alignions des mesures déjà vues, sans projet de société.

Si nous continuons ainsi sans audace ou incapables de reconnaître que certaines situations appellent subtilité et mesure, nous sombrerons dans le simplisme et nous disparaîtrons.

Or ce processus est déjà à l’œuvre.

Les Constructifs sont partis pour négocier des postes. Ils ne sont plus qu’une opposition de complaisance. Et pour ceux qui restent LR, le risque est grand d’une tentation de repli vers une droite de plus en plus réac ou poussiéreuse. Continue reading “Tribune – « Les Nouveaux Républicains : refonder la droite de l’intérieur »”